Login/Register

X

Select Your Language!

EnglishFrench

Blog

AFRIQUE – TERRE D’HOSPITALITE SERVANT AU DEVELOPPEMENT DES AUTRES CONTINENTS (1)

  • Posted by: Ismens
  • On: July 21, 2016

Hospitalite 3

L’hospitalité, valeur commune à tous les peuples, se pratique depuis la nuit des temps dans une large mesure sur le continent noir, même si les conditions de vie en Afrique limitent quelque peu son exercice. Oui, l’Afrique va continuer à offrir cette hospitalité aux autres à travers les siècles, et ce, au détriment de son propre développement. Ainsi, tour à tour, l’Europe, l’Amérique et l’Asie ont profité de la généreuse hospitalité africaine pour assurer leur développement économique. Mais qu’est-ce qu’au fait l’hospitalité ? Comment se pratique-t-elle généralement en Afrique ? Comment les autres continents ont-ils construit leur développement à partir de l’hospitalité africaine ? Hospitalite 4                                           Hospitality 1

Du grec « philoxénia » qui signifie “ amour des étrangers » ou « affection pour les étrangers » ou « bonté envers les étrangers », le terme « hospitalité » désigne l’accueil cordial et généreux des invités ou des étrangers. Cette définition correspond on ne peut exactement à ce qui se passe sur le sol africain. Dans la vieille Afrique, l’hospitalité était obligatoirement offerte à tout étranger. Cela faisait partie intégrante des mœurs d’avoir des égards pour le voyageur qui, au cours de son séjour, long ou court, faisait admirablement l’objet d’une courtoisie extrême. Que le visiteur soit étranger, ami, parent ou invité, cela n’enlevait rien à la consistance de l’accueil qu’on lui réservait. Bien-sûr, de légères différences dans la manière de recevoir et de traiter les étrangers étaient observées d’une région à une autre et d’un peuple à un autre, mais l’essence de l’hospitalité offerte restait invariablement la même. L’étranger était toujours chaleureusement accueilli, logé et nourri. Pendant tout son séjour, il restait sous la protection de son hôte et lorsqu’il repartait celui-ci l’escortait ou le faisait escorter parfois sur une certaine distance. Quelle façon aussi authentique et touchante de manifester l’hospitalité !

 Hospitalite 5

L’africain était tellement hospitalier qu’il ne se retenait pas de s’ouvrir totalement à son visiteur à qui il ne fermait aucune porte. Il éprouvait même une certaine fierté à montrer à l’étranger tous les coins et recoins de sa civilisation ainsi que ses petits secrets. L’étranger, principalement venu d’Europe, en a profité pour le tenir sous sa domination. Il est allé jusqu’à le réduire en esclave qu’il traitait avec une méprise éhontée. Le Noir était, pour ainsi dire, devenu un animal et une machine à la solde du Blanc. C’était l’esclave à tout faire qu’on traitait malheureusement comme un animal, et qui pourtant, par ses vigoureux muscles a développé l’Europe et l’Amérique. En effet, pour pallier à l’insuffisance grandiose de main d’œuvre, les colons planteurs européens descendaient en Afrique où ils embarquaient de force les africains qu’ils déversaient dans les plantations d’Amérique avant de retourner en Europe : c’était le commerce triangulaire. Ils en choisissaient certains, plus intelligents ou plus vifs d’esprit, pour les servir à domicile. Comme des fous, ces esclaves abattaient malgré des conditions de vie et de travail très pénibles, voire inhumaines, un travail remarquablement productif dont les retombées servaient au développement d’abord de l’Europe et ensuite de l’Amérique du Nord, ce qui dans le même temps retardait le développement de l’Afrique. Danialou SAGBOHAN, chanteur béninois, résume ainsi la situation : « Les enfants les plus valides ont été arrachés au continent noir pour alimenter le commerce triangulaire ». Comme si cela ne suffisait pas, les Blancs, ces chers étrangers à qui les africains ont offert une hospitalité sans retenue aucune, ont carrément annexé l’Afrique par le biais de la colonisation qu’ils ont soigneusement fignolée et entérinée par une honteuse et mémorable conférence tenue à Berlin du 15 novembre 1884 au 26 février 1885. Au cours de la Conférence de Berlin (aussi connue comme la conférence de l’Afrique de l’ouest), ils se sont avidement partagé l’Afrique tel un gâteau en traçant à leur guise et surtout au mépris total des réalités et aspirations des peuples africains, des frontières qui ont divisé jusqu’à ce jour, des peuples et populations jusqu’alors unis. Devenus ainsi propriétaires légaux de l’Afrique, ils y ont instauré leur propre administration et dirigeaient les africains d’une main de fer. Ainsi, ils avaient la main mise sur toutes les ressources africaines, essentiellement minières mais aussi agricoles qu’ils mettaient gracieusement et gratuitement comme matières premières à la disposition des industries européennes.

Hospitalite 6 Hospitality 2

Aujourd’hui, la situation n’est pas si différente. Les aides octroyées par les institutions de Breton Wood (la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International), la détérioration des termes de l’échange, le non-transfert de technologie, etc., sont des moyens modernes de domination du Blanc sur le Noir. A cela vient se greffer une coopération sino-africaine qui elle-aussi ouvre toutes les portes de l’Afrique aux chinois dont le nombre en Afrique ne cesse d’augmenter. D’un côté, des communautés chinoises se créent et se développent comme des champignons un peu partout en Afrique. Ces chinois s’adonnent à des activités principalement commerciales : ils inondent les marchés africains de leurs produits (dont la qualité ne répond pas bien souvent aux normes internationales) à des prix défiant toute concurrence. Aussi, ils réalisent de plus en plus des travaux publics et des bâtiments. De l’autre côté des négociations et des actions sont menées sur le plan diplomatique. Ainsi, contre une quelconque coopération ou quelques réalisations (construction de ponts et chaussées, de terrains de football, etc.), les chinois commencent déjà à avoir accès à certaines ressources du continent africain, ressources qu’ils s’activent à exploiter pour développer leur pays, la chine.

Chinese in Africa 1 chinese 2

Ce petit tour d’horizon démontre clairement que l’Afrique est une terre d’hospitalité qui a largement contribué au développement d’autres continents. Et bien qu’elle ait subi des atrocités et des pertes énormes de la part de ceux-ci à qui elle avait généreusement offert l’hospitalité, l’Afrique demeure hospitalière et traite toujours les étrangers avec la plus grande courtoisie et avec déférence. Si les Occidentaux ou les Chinois veulent continuer à partager la nourriture de leur hôte, l’Afrique, et la trahir ensuite ou lui faire du mal, cela ne regarde qu’eux-mêmes. Pour sa part, l’Afrique considère, à tort ou à raison, l’hospitalité comme un devoir sacré. Mais chers Buntuafricains et chères Buntuafricaines, vous vous demandez sûrement : comment les africains sont-ils reçus et traités en Europe, en Amérique ou en Chine ? Leur offre-t-on la même hospitalité dans ces pays ? Quelle est au fait la situation des africains dans ces pays ?

A suivre

← Back

Leave a Comment